Archives pour la catégorie musées

Bratislava Village

Encore un quartier à découvrir dans la capitale slovaque.

Bratislava est un village ! Faites un tour du côté de la rue Obchodna, la rue du commerce, et ses alentours. C’est le lieu d’ un ancien village dont il reste encore de pittoresques maisons, des passages secrets et des cours charmantes. On y trouve le musée du design slovaque et le centre d’artisanat Uluv.

L’ancien côtoie le moderne dans un mélange étonnant : maison cubiste, synagogue fonctionnaliste, caserne-musée, street art… C’est aussi le quartier des magasins et un lieu animé avec ses cafés et ses restaurants, comme le célèbre Slovak pub, le Red cabaret club, ou encore, à deux pas, le temple de la comédie musicale, le Broadway slovaque : Nova scena.

Ce quartier se trouve à deux pas du centre historique. Il est possible de réserver une visite guidée en français. Voici un exemple de programme :

  • Visite guidée en français de Bratislava village (1h30)
  • Repas dans l’un des restaurants du quartier
  • Visite libre du centre du design slovaque ou de la galerie Uluv
  • Option : atelier d’artisanat; visite de la synagogue – en saison et sous réservation.
  • Soirée cabaret ou comédie musicale

Réserver

Retour

La rue Obchodna, zone semi-piétonne, où ne passe que le tram, avec le château de Bratislava en toile de fond. Derrière ces façades se cachent de charmantes cours. C’est le prolongement du Corso, la promenade, qui vous mènera au centre historique, tout proche.
Les cours ont leur charme de jour comme de nuit, comme celle du centre d’artisanat.
Le centre Uluv présente les secrets de l’artisanat slovaque ainsi que les tendances les plus contemporaines.
Le musée du design slovaque donne un panorama complet de la production.

Bratislava insolite

La capitale slovaque a ses passages secrets et des trésors se cachent derrière les portes. Découvrez  la Bratislava insolite.

Même si le centre historique est petit, il faut prendre le temps de se perdre dans les ruelles, de jeter un coup d’œil dans les cours intérieures,  de pousser les portes. La surprise est au rendez-vous.

Les mystères du palais Palffy

Apparemment,  c’est une résidence aristocratique comme il y en a tant à Bratislava, chargée d’histoire et riche en œuvres d’art. Mais le palais Palffy se distingue de toutes les autres par deux endroits hors du commun.

Empruntez Le passage créé par l’artiste Matej Krén. Mais avant de le faire, êtes-vous soumis au vertige ? Si c’est le cas, il faudra vous armer de courage  pour marcher sur l’étroite passerelle : elle  enjambe un ravin escarpé ! Plus étrange encore : les parois sont constituées non de rochers mais de milliers de livres… Cette traversée vous offrira des sensations inoubliables. C’est l’expérience à vivre à Bratislava.

La Villa des mystères, Alex Mlynarcik

Vous serez à peine remis de vos émotions que  La villa des Mystères vous attend. Ecartez la  tenture rouge et engouffrez-vous dans  une chambre à l’atmosphère feutrée,  tapissée de miroirs aux reflets coquins. Une installation sensuelle, pour public averti, créée par Alex Mlynárčik.

Les sculptures transparentes

Bratislava est connue pour être la ville aux mille et une sculptures : il y a le soldat de Napoléon ou encore l’égoutier qui égaient le centre historiques. Celles-ci sont d’un autre genre : translucides, elles jouent avec la lumière. Vous ne les trouverez pas facilement. Elles  se cachent dans un minuscule musée.

Ces sculptures translucides ne cessent de fasciner.

A deux pas de la place principale se trouve une honorable bâtisse, à la façade ornée de fresques Renaissance. Dans le patio, un escalier mène à la galerie. Il faut pousser une porte pour découvrir le musée Arthur Fleischmann,  sculpteur contemporain né à Bratislava.

Œuvres en céramique

Juif converti au christianisme, grand voyageur, il est connu pour ses sculptures colorées en céramique, mais surtout pour ses œuvres en plexiglas. Étranges sculptures jouant sur la transparence et la lumière !

Avant de partir, jetez un coup d’œil au musée du commerce qui jouxte le musée. Il s’agit en fait d’un magasin, reprenant en un seul lieu toutes les spécialités de bouche et autres pièces artisanales de Bratislava.  A l’arrière de la boutique, une collection impressionnante de caisses enregistreuses, de bouteilles, boites et publicités retraçant l’histoire des produits populaires dans la capitale.

On vous le disait, Bratislava est pleine de surprises, il faut prendre le temps de les découvrir.

visiter

retour

Cours secrètes de Bratislava

Les cours intérieures de Bratislava ont leur secret. Découvrez des lieux insolites et cachés dans capitale slovaque. Et comme ces endroits sont couverts, c’est une balade idéale lorsque le temps est incertain.

Le palais primatial et sa forêt de colonnes

Ce ne sont pas les cours qui manquent à Bratislava, il y a celle de l’Hôtel de ville historique, ou encore du palais primatial. Mais ce n’est pas tout, d’autres cours moins… courues renferment des trésors.

Musée Hummel

C’est un petit miracle, caché à l’arrière d’un magasin. La maison natale du musicien Johan Nepomuk Hummel. Il faut traverser le magasin de musique (c’est déjà un indice), pousser une porte et là, incroyable, dans une petite cours, voici la bâtisse bourgeoise, ses arcades Renaissance, et sa statue baroque dans la niche.

Bien caché au fond de la cour, la maison de Hummel

Le temps de gravir quelques marches, et vous voilà à l’intérieur, dans deux petites pièces, offrant au mélomane qui sommeille en vous de touchants témoignages du compositeur, comme ce piano sur lequel, enfant, il faisait ses gammes.

Musée du magasin

A deux pas de la place principale, les touristes se pressent dans le musée du magasin. Ils ont raison, la maison Renaissance est charmante, les propriétaires accueillants et l’on trouve concentré en en un seul lieu pas mal de spécialités slovaques. On y propose par exemple le célèbre croissant de Bratislava.

Les pays voisins se disputent la paternité du croissant, et c’est donc en toute objectivité que je l’affirme : la vraie recette du croissant se trouve à Bratislava 🙂

Les pays voisins se disputent la paternité du croissant, et c’est donc en toute objectivité que je l’affirme : la vraie recette du croissant se trouve à Bratislava:) Bon, chers amis Français, c’est l’ancêtre du croissant, donc peu de rapport avec celui que vous prenez le matin. Il s’agit plutôt d’une pâtisserie fourrée aux noix ou au pavot (!). Vous aurez peut-être la chance d’en goûter un bout, avant d’en rapporter. Si les touristes se bousculent à la belle saison entre les étals remplis de bouteilles de vin, de produits au miel, de céramiques, d’œufs de Pâques (quelle que soit la saison) et de santons en pailles, peu d’entre eux poussent leur nez dans la seconde pièce, la partie muséale, avec ses effilements de caisses enregistreuses et ses enseignes de produits anciens.

Musée Arthur Fleischmann

Il y a encore moins de touristes qui prennent le temps de jeter un coup d’œil à la cour minuscule, à côté.  Ils ont tort, car c’est à l’étage, en empruntant un étroit escalier qui mène à la galerie, que se trouve un étonnant musée.

De nombreuses cours sont bordée d’une galerie Renaissance aux colonnes toscanes : c’est le petit côté italien de Bratislava

Celui du sculpteur slovaque Arthur Fleischmann. Né dans la capitale, il parcourt le monde pour se fixer en Angleterre. Après la céramique, le sculpteur se spécialise pour un matériau qui fait fureur dans les années 60 : le plexiglas. Les deux pièces réunissent des œuvres représentatives de son travail, notamment ces étranges sculptures translucides. Étonnant et à découvrir.

D’étranges sculptures qui jouent avec la transparence, les couleurs et les matériaux

 

Bratislava, c’est grand comme un mouchoir de poche. Ce n’est pas pour ça qu’on en a vite fait le tour. Il faut prendre le temps de flâner dans son centre piétonnier et se perdre (oui, on peut se perdre à Bratislava:) dans ses cours et ruelles, trouver ses passages secrets : l’étonnement est au rendez-vous.

visiter

retour

Les 5 merveilles du palais Mirbach

Le palais Mirbach, un bijou de l’art baroque

Ce ne sont pas les palais qui manquent à Bratislava, ancienne capitale du Royaume de Hongrie. Comme celui du comte Mirbach. Découvrez les cinq merveilles de la plus belle résidence rococo de la capitale slovaque. Visite guidée.

1. La façade

Entièrement rénovée à l’occasion de la présidence slovaque du Conseil de l’Union européenne, elle a retrouvé son faste d’antan.

Façade du palais Mirbach

2. La cage d’escalier

Un escalier d’honneur monumental et une véritable dentelle.

cage d’escalier du palais Mirbach

 

3. Le cabinet graphique

Ce cabinet possède des centaines de gravures, sages ou plus frivoles.

cabinet graphique, palais Mirbach

4. Les stucs

Admirez les entrelacs de ses stucs aux plafonds.

Stuc au plafond du palais Mirbach

5. Les têtes de caractère

Concours de grimaces avec les célèbres têtes de caractère de François-Xavier Messerschmidt.

étranges grimaces

Plus sur le palais Mirbach et ses collections

Découvrez d’autres palais de Bratislava

Visitez le palais Mirbach.

Le quartier juif de Bratislava

Le musée de la culture juive se trouve dans l’ancien quartier juif de Bratislava.

Prague, Cracovie possèdent un riche héritage laissé par la communauté juive. Bratislava aussi conserve des traces de ce patrimoine. Et ce malgré les destructions opérées avec acharnement par les régimes fasciste et communiste.

venelle du quartier juif

Ce quartier juif se trouve sur les flancs du château de Bratislava.  Les destructions furent nombreuses : une partie du quartier a été englouti par la construction du pont du Soulèvement National Slovaque à l’époque communiste. La plus imposante synagogue de la ville fut sacrifiée : il n’en reste qu’une silhouette sur le mur du souvenir. En face se dresse le Mémorial aux victimes de la Shoah. Les quelques ruelles qui mènent au château évoquent cet ancien quartier juif. On y trouve le Musée de la culture juive.

Le versant du château donnant sur le Danube conserve d’autres témoignages : le cimetière juif et surtout, le Mémorial du rabbin Hatam Sofer, lieu de pèlerinage pour les juifs du monde entier.

Il faudra se rendre dans un autre quartier de la capitale pour compléter cet itinéraire du judaïsme à Bratislava : la rue Heydukova conserve l’unique synagogue encore debout de la capitale slovaque.

Visitez le quartiez juif

Splendeur baroque

Le palais Mirbach

Découvrez ce joyaux de l’architecture baroque à Bratislava. Visiter le palais Mirbach, c’est plonger dans le XVIIIe siècle.

Elle vient d’être rénovée, et sa blancheur éblouit le regard. La façade du palais Mirbach rayonne sur la place des Franciscains.   L’ornementation végétale aux fenêtres, la balustrade en fer forgé rehaussé de feuilles d’or,  les armoiries colorées au faîte de l’édifice laissent présager des trésors qui vous attendent une fois passé le portail. L’émerveillement est bien à l’intérieur. Vous empruntez l’imposant escalier en dentelle de pierre pour rejoindre le « piano nobile », le bel étage.

le cabinet graphique

Et là, un miracle : malgré les nombreux réaménagements, le palais a conservé intact son cabinet d’art graphique et ses centaines de gravures sacrées et profanes, enserrées dans l’écrin des lambris. Parmi les œuvres représentées on trouve des grands noms de l’histoire de l’art, comme Rubens ou Boucher.

cabinet graphique, palais Mirbach
cabinet graphique, palais Mirbach

Il ne faut pas oublier de lever la tête : dans chaque pièce, le plafond est couvert de stucs rococo où s’entrelacent fruits, oiseaux et branchages. Ces stucs sont dans un parfait état de conservation.

Stuc au plafond du palais Mirbach
Stuc au plafond du palais Mirbach

Le musée du baroque

Le palais Mirbach abrite l’une des galeries de la ville de Bratislava. Ses collections permanentes, réparties dans les appartements du premier étage, offrent un panorama de l’art baroque au XVIIIe siècle.  Une intéressante collection de peintures et de sculptures évoque les grands artistes de la région et leurs célèbres mécènes, comme l’impératrice Marie-Thérèse, omniprésente à Bratislava.

Il n’en faisait qu’à sa tête

Fleuron des collections, les bustes de François-Xavier Messerschmidt. Ce sculpteur est un véritable ovni dans la production artistique non seulement du XVIIIe siècle  mais aussi de l’histoire de l’art en général.  Ses célèbres têtes de caractère présentent des visages grimaçants ; ils ont fait couler beaucoup d’encre sur l’interprétation qu’il fallait en donner.

étranges grimaces
étranges grimaces

 

La galerie accueille aussi régulièrement d’intéressantes expositions temporaires au rez-de-chaussée et dans les autres étages. Une visite à ne pas manquer.

 

Le musée de l’eau à Bratislava

Avec ces chaleurs, une visite au musée de l’eau s’impose. Moins pour son musée, fort intéressant, que pour son parc rénové et ses nombreuses fontaines d’eau potable.
Le long du Danube

Étancher sa soif
Étancher sa soif

Le musée de l’eau se trouve évidemment le long du Danube, sur la route du château de Devin. Il occupe l’ancienne station de pompage, un bâtiment de la fin du XIXe siècle. Il présente en quelques salles l’histoire de la distribution en eau potable à Bratislava. Une présentation aérée, pédagogique et moderne (projection de films 3D).

Les fontaines d’eau potable

Le parc, entièrement rénové, est agréable en ces temps de fortes chaleurs. On y trouve de nombreux points d’eau potable et une fontaine où l’on peut prendre un bain de pieds.  Le Danube, tout proche, offre ses rives pour une balade au bord de l’eau.

 

 

Le Musée d’histoire naturelle : un plaisir pour petits et grands

La capitale slovaque se visite aussi en famille. Sur les bords du Danube, le Musée d’histoire naturelle offre des collections passionnantes pour petits et grands. Une visite à ne pas manquer.

Musée d'histoire naturelle de Bratislava
Musée d’histoire naturelle de Bratislava

Sur plusieurs étages, le Musée d’histoire naturelle propose aux visiteurs un panorama de la flore et de la faune slovaque et mondiale. Le musée a été en grande partie modernisé : bornes interactives, dioramas flambant neufs passionneront petits et grands.

Hall d'entrée du musée
Hall d’entrée du musée

De quoi se familiariser avec la flore et la faune de la plaine danubienne, mais aussi de la chaine de montagnes des Tatras (dont le fameux ours). Au dernier étage sont présentés les écosystèmes du monde entier. Le musée accueille aussi des expositions temporaires.

A ne pas manquer

Le mammouth de la section préhistorique avec ses bornes interactives, la girafe qui trône sur le palier de l’escalier monumental, l’herbier interactif dont vous pourrez tourner les pages virtuelles, l’esturgeon géant et les dioramas. On est bien loin des animaux empaillés ternes qui prennent la poussière, les taxidermistes ont déployé tout leur art de la composition dans des mises en scène impressionnantes ! Ouvert tous les jours (jusqu’à 17h00 en hiver, 18h00 en été) sauf le lundi.

A Bratislava, l’art fait tourner la tête

Effets stroboscopiques et illusions d’optique : l’art cinétique a de quoi donner le tournis. Si vous n’avez pas peur de perdre la tête, rendez-vous à la galerie Milan Dobeš de Bratislava et à la galerie de la ville.
Gyrophares et jeux de miroir

Dobes
Les jeux de miroir de Milan Dobes

La galerie Milan Dobeš se trouve à deux pas de la porte Michel, au cœur de la vieille cité, dans une ruelle en coude, Zámočnícka, la rue des Serruriers. Cette galerie occupe une vieille bâtisse étroite où alternent sur trois étages collection permanente et exposition temporaire. Les petites salles s’agencent autour d’un puits de lumière. Dans l’œuvre de Milan Dobeš, on trouve à la fois des tableaux géométriques, des sculptures et des installations : les miroirs et surfaces polies jouent avec les reflets, de petits moteurs, font tournoyer les couleurs. Effet garanti !

Le passage de Matej Krén

Vous n’avez pas eu suffisamment la tête qui tourne ? Alors, direction la Galerie de la ville, au palais Palffy, rue des seigneurs (Panska). Passage, L’installation de Matej Kren est la pièce maitresse de l’exposition. Vous empruntez une passerelle qui enjambe un ravin d’une profondeur abyssale dont les parois sont recouvertes de livres. Ames soumises aux affres du vertige, méfiez-vous de ce passage, même si tout cela n’est encore une fois qu’illusion.

Aux alentours

Porte Michel vue du musée Dobes
Porte Michel vue du musée Dobes

Pour se sustenter après la visite de la galerie Milan Dobeš, essayez le restaurant Prasna Basta, un classique qui se distingue par sa longévité. Il se situe à côté du musée. L’établissement est situé dans l’ancienne poudrière. En semaine, comme dans la plupart des restaurants, il offre un menu (soupe et plat) ; en été, on peut manger sur une terrasse installée dans l’ancien fossé des remparts. La tour Michel est à côté (musée d’armes et point de vue du sommet sur la vieille ville). Comme l’église des franciscains, bâtiment gothique remanié en style Baroque. Elle contient une vierge noire dans la chapelle de Lorette (ouvert en saison, heures variables), et un cloître. Quant à la rue Panska, elle égrène ses cafés et restaurants. La cathédrale Saint-Martin et la Grand-Place sont toutes proches.

La Slovaquie, tout un art

L’art slovaque se découvre à la Galerie nationale de Bratislava. Le musée est en rénovation, mais reste en partie accessible. Gratuitement. De quoi avoir le sourire !

Entrée de la galerie
Entrée de la galerie

Située sur les bords du Danube, dans un ancien palais et des casernes, la Galerie nationale slovaque fait peau neuve. Au cours de sa rénovation, quelques salles restent accessibles et offrent un condensé des collections. Et c’est gratuit ! Des expositions temporaires permettent aussi de poser un regard sur d’autres aspects de l’art sur le territoire de l’actuelle Slovaquie. Tout un art à découvrir à la Galerie nationale slovaque !

Je te tiens, tu me tiens par la barbichette

Plusieurs salles proposent au visiteur un panorama de  l’art ancien,  du gothique au baroque, une approche voulue plus thématique que chronologique (l’émotion, l’individu, la lumière, l’illusion, le corps, la vie). Et le plat principal est donné dès l’entrée avec les drôles de têtes de François-Xavier Messerschmidt. Succès assuré avec les enfants, qui adorent les concours de grimaces ! Au jeu de la barbichette, c’est toujours Franz qui gagne ! Le sculpteur baroque germano-autrichien a  passé les dernières années de sa vie à Bratislava.

Ensuite, place aux retables. Mentionnons l’inévitable maitre Paul (Pavol) de Levoca (ville à l’est du pays), fierté du gothique slovaque. D’autres belles pièces, bien mises en valeur par un éclairage étudié, offrent des exemples  de clair-obscur.

La galerie présente aussi l’art moderne : impressionnisme, cubisme, tous les mouvements européens sont représentés par les artistes slovaques. Ici, œuvres exposées dans le cadre d’une exposition temporaire sur le modernisme de la ville de Kosice.

En pratique

Accès aux personnes à mobilité réduite. Boutique du musée. Cafés et restaurants à proximité. Fermé le lundi. Gratuit en 2015. La présentation des œuvres varie suivant les expositions temporaires. Se renseigner.